Janine Klingenstein surnomme affectueusement sa petite maison «Blechbüx», «la boîte de conserve». Saint-Galloise, Janine vit dans 16 m² et profite dans son espace réduit d’une meilleure qualité de vie et d’une plus grande liberté de choix. Découvrez dans notre récit comment elle a réalisé son rêve de «tiny house».

Cette offre en ligne est désactivée car vous vous trouvez hors de Suisse. Paramètres des cookies

Une délicieuse odeur de muffins tout chauds émane du petit royaume de Janine Klingenstein. Ici, la cuisine fait en même temps office de salon, de chambre, de salle de bains et de dressing. Depuis peu, elle vit dans sa «boîte de conserve», comme elle a affectueusement surnommé sa tiny house. Mais c’est un peu réducteur: après tout, le logement dispose de l’eau courante, de l’électricité, de la climatisation, d’une douche spacieuse et, comme l’indique le doux parfum des pâtisseries, d’un petit four. Janine ne manque de rien: «Vivre aussi simplement est bien plus un gain qu’un renoncement.»

Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt

En fait, Janine Klingenstein avait déjà renoncé à son rêve de posséder sa tiny house. Ce grand rêve, conçu lors d'un séjour dans une ferme équestre en Suède, se concrétise rapidement. Elle esquisse les plans avec le propriétaire local et parle de la construction et du transport de la mini-maison en Suisse. De retour chez elle, elle remarque toutefois qu’il sera très difficile, voire impossible, d’obtenir un permis de construire. 

Depuis toujours, elle aime prendre sa vie en main et vivre en toute liberté de choix. Là encore, c'est le cas. C’est pourquoi, après plus de dix ans, elle quitte malgré tout son appartement 5 pièces de Steinach et s’installe dans un bus aménagé pour elle plutôt que dans une tiny house. Mais elle n’y restera pas longtemps. Alors qu’elle contacte l’espace partagé de vie et de culture «Zwischennutzung Gärtnerei» d’Altstätten en vue de trouver un emplacement pour son bus, elle apprend contre toute attente qu’une nouvelle tiny house est disponible. Deux mois plus tard, en décembre 2021, elle y emménage. 

Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt

Avoir soudain si peu de place ne lui a pas posé de problème: «Cela fait vraiment du bien de se débarrasser de certaines choses. Et je me rends de mieux en mieux compte de ce qui est vraiment important pour moi.» Cela explique aussi pourquoi le nombre de cartons diminue de plus en plus, alors qu’elle dispose d’une sorte de «cave» sur le site. La seule chose qu'elle regrette un peu, ce sont ses 66 plantes. Elle en a emmené quelques-unes, mais la majeure partie continue à pousser chez ses amis et sa famille.

Pour elle, la vie au format réduit est un avantage: «Souvent, nous sommes attachés à des choses qui ne sont pas importantes. Etre capable de lâcher prise facilite les choses.» L’idée du partage lui plaît particulièrement ici. Il n’est pas nécessaire de tout posséder: boîte à outils, appareil à raclette et aspirateur sont partagés ici. Et qui a souvent besoin de six verres à vin? C’est ce genre de choses qu’on trouve dans la grange accessible à tous. 

Sur le site «Zwischennutzung Gärtnerei» vivent 14 ménages ainsi que deux canards, quelques chats, des poules et même des tortues. Tout le monde a construit et aménagé sa tiny house de la manière qui lui convenait le mieux. Certains ne travaillent qu’ici: il y a des ateliers, une menuiserie, un atelier de vélos, un café et un petit magasin. «C’est comme une grande colocation. On aime se retrouver le soir autour du feu ou faire la cuisine ensemble.» 

Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
«Je façonne le monde à mon image.» Ces mots de Fifi Brindacier saluent les visiteurs à l’entrée de l'espace Zwischennutzung Gärtnerei d’Altstätten.

Janine a un peu perdu en mètres carrés, mais beaucoup gagné en qualité de vie dans son nouveau lieu de résidence. Cela, elle le doit aussi aux autres habitants. Ce sont des personnes qui incarnent des idées et des valeurs similaires aux siennes. Elle s’est rapidement sentie intégrée et enrichie par tant de voisins fourmillant d’idées. Elle ne se sent pas dépendante de la communauté, bien au contraire: «Les gens ici m’inspirent et m’encouragent à vivre selon mes propres idées. C’est ainsi que j’aborde soudainement des choses que je n’avais pas encore osées avant.»

«Découvrir ce que l’on veut et suivre sa propre voie, c’est pour moi la définition de la liberté de choix.» 

Membre d'une fratrie de quatre enfants, elle doit se débrouiller seule assez tôt. Elle voyage dans de nombreux pays, souvent seule, travaille à l’étranger et s’occupe toujours elle-même des finances et du ménage. Dans son travail aussi, elle opte sciemment pour le changement: fleuriste de formation, elle dirige une équipe, forme des apprentis et décroche des diplômes. Elle reprend ensuite des études et dirige aujourd’hui une école de jour en tant qu’éducatrice spécialisée. Et réalise son désir de travailler en indépendante il y a trois ans et demi. Avec sa propre société «Klingengrün», elle conseille des particuliers et des entreprises sur l’entretien optimal des plantes. «Pouvoir agir soi-même, c’est agréable.»  

Le délai fixé pour le séjour au sein de l'espace Zwischennutzung Gärtnerei ne lui cause pas de soucis. La maison est transportable et pourra être installée ailleurs. Cette idée plaît à Janine, qui aime voyager. Pour l’instant, retourner dans un grand appartement n’est pas d’actualité, elle se plaît trop dans sa forme d’habitat actuelle. Seule la proximité avec l’eau lui manque parfois. Puis ses yeux se mettent à briller. Elle prend un livre sur une petite étagère et y montre une péniche: «Construire moi-même une tiny house à ma guise, ce serait vraiment le summum.»

Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
Janine Klingenstein in ihrem Tiny House in Altstätten SG. Januar 2022. Foto: Mattias Nutt
Janine Klingenstein

Saint-Galloise ayant grandi à Steinach, Janine Klingenstein a toujours été la personnalité exotique du village en raison de ses nombreux voyages. Aujourd’hui encore, elle reste fidèle à son style de vie individuel. Après plus de dix ans passés dans un appartement de 5 pièces au bord du lac de Constance, elle a déménagé fin 2021 à Altstätten dans une tiny house de 16 m² dans l’espace partagé «Zwischennutzung Gärtnerei». Elle dirige une école de jour en tant qu’éducatrice spécialisée et s’occupe, avec sa propre entreprise Klingengrün, de l’entretien optimal des plantes chez des particuliers et dans les entreprises. Outre les longs voyages réguliers, elle aime aussi se déplacer dans les environs: dans son bus entièrement équipé, à skis sur les pentes enneigées avec son partenaire, ou en compagnie de ses amis.

Vous rêvez de devenir propriétaire?

Nous vous aidons à planifier le financement et nous réjouissons de vous présenter les possibilités qui s’offrent à vous pour réaliser votre rêve immobilier. Convenez dès maintenant d’un entretien sans engagement avec un conseiller ou une conseillère de Swiss Life Select.

Calculateur de rêve immobilier

Notre calculateur gratuit vous montre en quelques clics si vous pouvez vous offrir le bien immobilier de vos rêves. Combien de temps devez-vous encore économiser? L’achat est-il déjà possible? Faites le calcul.

Autres articles interessantes

Maison et logement

Conseils clés pour l’achat d’une maison

Lire plus

Personnes

«Je me limite un peu, mais je vis mieux»

Lire plus

Maison et logement

Test «type de logement»

Lire plus